Le processus de conception intégrée, est une méthode de travail utilisé notamment dans le domaine de la construction qui mise sur une approche collaborative.

L’objectif est d’impliquer activement les intervenants d’un projets, dès les premières phases d’un projet, afin de  partager les connaissances et expertises de chacun.

Chacun son rôle

Une communication accrue entre différents intervenants permet de coordonner les différentes étapes du projets et d’éviter des mésententes qui sont l’origine de biens des irritants sur les chantiers.

Le client est le porteur du projet, c’est lui qui établit la vision du projet. Il est important de communiquer cette vision à tous les intervenants pour assurer une continuité et une harmonie dans le projet. La communication entre ingénieur et architecte permet de développer un design à la fois créatif et rationnel. La correspondance entre l’architecte et l’entrepreneur en construction assure la continuité dans le projet de sa conception à sa création. La participation de consultants locaux ou spécialistes en environnement permet dès le début de prévoir l’intégration du savoir faire régional et de procédés écologiques.

Enfin, l’implication de chacun des acteurs dès les premières phases d’un projet permet de prévoir en amont les défis et facilite le respect des budgets et échéanciers.

Une pratique émergente

La conception intégrée est souvent associé à des méthodes de conception écologique, car la participation de plusieurs acteurs permet de garder une vision d’ensemble du projet et d’optimiser les performances du bâtiment tout en minimisant les coûts de construction et de gestion. De fait, le programme LEED accorde des crédits pour l’application du processus de conception intégrée. Néanmoins, le fait que cette pratique se mérite des éloges marque qu’il s’agit d’un concept émergent qui n’est pas encore une pratique répandue. En faits, le travail de coordination requiert de l’énergie et des compromis qui demandent de surmonter les différents entre corps de métiers.

Pour valoriser la conception intégrée, il faut se rappeler que c’est une méthode de travail qui fonctionne comme une fourmilière; chaque acteur a un rôle bien précis qui contribue à faire évoluer le projet. Chacun à des compétences spécialisées qui ensemble forment une intelligence commune supérieure à celle d’un seul individu. Là réside le pouvoir de la collaboration.

Passer à l’action

Un défi se pose pour une petite entreprise qui désire mettre en oeuvre les idées du processus de conception intégrée mais qui a des ressources humaines et financières limitées: comment peut-on profiter de cette énergie collaborative sans avoir tous les spécialistes au sein de son équipe? Voici une liste de bonnes pratiques permettant à une PME d’agir de façon efficiente.

Les bonnes pratiques

1. ÊTRE GÉNÉRALISTE ET GESTIONNAIRE

En entretenant une philosophie généraliste et en ayant recours à des collaborateurs externes, il est possible de développer une expertise similaire au processus de conception intégrée, sans avoir l’ensemble des spécialiste à l’interne. Le défi d’une petite entreprise est d’entretenir un réseau de contact de qualité et d’établir les normes et procédures selon de bonnes pratiques.

La clé est de se positionner comme médiateur et conciliateur de projet plutôt que comme technicien aux opérations.

2. S’IMPLIQUER DU DÉBUT À LA FIN

Intégrer la conception et la construction permet d’assurer d’offrir la continuité entre les phases de conception et de réalisation.

Faire un suivi des projets après échéance pour voir s’ils vieillissent bien et en tirer des leçons. Formaliser les visites selon un calendrier, numériser les résultats et analyser ces résultats permettent de développer une compréhension complète du projet et de ses répercussions sur l’environnement.

3. AVOIR UNE VISION À LONG TERME

S’interroger sur les conséquences à long terme du design permet de minimiser les dépenses liées à l’entretien du bâtiment, ou s’assurer de son utilité dans plusieurs années. Considérer la durée de vie des matériaux du berceau au tombeau aider à concevoir des projets éthiques et reponsables.

4. COMBINER SAVOIR ET SAVOIR-FAIRE

Comprendre la logique des matériaux avec la sensibilité de l’artisan permet de les intégrer de façon novatrice et réaliste à différent projets.

5. LA FORMATION CONTINUE

La formation continue permet de rester à l’heure sur les nouveautés dans le domaine. Souvent, les bons coups faits à l’international peuvent être adaptés aux réalités d’ici. Il est important de rester continuellement ouvert à l’amélioration et à approfondir ses connaissance

Notre approche

Pour nous, la conception intégrée passe par la conception-réalisation. En associant architecture et construction, nous assurons un suivi dans le projet du début à la fin.

Autre Références:
Zimmerman Alex, Guide sur le Processus de Conception Intégré, CMHC-SCHL
Design Build Institute of America
Write a comment:

*

Your email address will not be published.

© 2017 Atelier Vivace S.E.N.C. - Créé avec passion!